Bio

Jean-Pierre Gasnier

Enseignant de yoga (Hata, Yin, Nidra)

Il y a plusieurs années, harassé par une vie professionnelle stressante et des problèmes de santé, je recherchais une activité qui me permette de renouer avec mon corps et d’apaiser mon esprit. Une amie m’a alors conseillé le yoga.

D’abord réticent vis-à-vis de « ce truc pour baba cool », je me suis laissé convaincre et ce fut une révélation. Comme tout le monde, j’ai d’abord suivi des cours, pratiqué sous la direction de plusieurs professeurs, puis mon cheminement m’a conduit à suivre la formation de Hatha Yoga dispensée par l’Académie de Yoga de Marseille pour gagner en autonomie mais aussi avec le souhait de transmettre.

Au cours de mes pérégrinations, j’ai découvert le Yoga Nidra et j’ai décidé de suivre une première formation en Yoga Nidra selon la tradition Satyananda, puis une seconde formation sur deux années, selon la tradition du nord de l’Inde, qui m’a permis d’approfondir cette pratique souvent mal connue.

En parallèle, j’ai pratiqué le Yin Yoga, dans lequel on apprend à explorer ses sensations et ses émotions et à découvrir jusqu’où on peut aller dans chaque posture en fonction de sa morphologie, mais également de son histoire et de sa singularité. Me former à enseigner cette forme de yoga si proche de l’enseignement traditionnel du yoga était donc une évidence.

Enfin, au cours de mes nombreux séjours en Asie du Sud-Est, j’ai découvert la tradition des moines de la forêt pour lesquels l’essentiel est dans la pratique de la méditation et le renforcement de la pleine conscience, seul moyen de connaître la vraie nature des choses (méditation Anapanasati et Vipassana). J’ai également suivi une formation à la méditation de pleine conscience méthode MBSR.

Toutes ces expériences nourrissent ma pratique et mes cours et me permettent d’offrir une approche qui va bien au-delà du simple aspect postural et prend en compte le caractère unique et singulier de chaque élève, inspirée des enseignements de Bernie Clark.


« Dans un voyage ce n’est pas la destination qui compte mais toujours le chemin parcouru, et les détours surtout. »

Philippe Pollet-Villard, Mondial Nomade