Lâcher prise (encore…)

Photo de Artem Beliaikin sur Pexels.com

« Lâcher prise », mais qu’est-ce que ça veut dire ? J’ai déjà consacré un article à cette question que j’ai traitée sous l’angle de la philosophie du yoga. Mais certains m’ont dit « c’est bien beau tout ça, mais concrètement comment fait-on ? »

Pour tenter de répondre à cette question, je partirai de mon expérience, ce qui me semble être le plus simple et le plus authentique comme démarche. Lorsque j’ai commencé le yoga, persuadé que c’était une activité physique « douce », je me suis très vite rendu compte que le yoga demandait de réels efforts physiques. Pourquoi les autres parviennent à réaliser cet asana apparemment en douceur et pas moi ? Alors, j’ai lutté. Lutté contre moi, lutté pour tendre vers un alignement idéal, lutté pour tenir l’asana, lutté pour ne pas hurler à la figure du prof que « là, STOP ! j’en ai marre, je n’y arrive pas, à quoi ça sert ? ».

J’ai lutté jusqu’à ce que je me rende compte que ça ne servait à rien. Alors, je m’y suis pris autrement. Plutôt que de tendre vers un alignement idéal (en tout cas dans mon esprit), j’ai cherché à comprendre pourquoi on faisait tel asana, à comprendre quel était le but recherché. J’ai cherché comment réaliser l’asana sans lutter et j’ai finalement compris qu’on ne pratique pas contre la posture, mais avec. On l’accompagne et elle nous accompagne. J’ai compris que je pouvais aussi bien travailler en allant moins loin, en ne cherchant pas à imiter les autres. J’ai compris aussi que certaines postures qui me paraissaient faciles étaient manifestement plus difficiles pour d’autres et que l’inverse était certainement vrai. Dès lors, j’ai pu entrer et tenir les postures plus facilement, j’ai pu occuper mon mental à autre chose qu’à lutter, à forcer, à aller contre. Et donc, j’ai commencé à prendre plaisir à la pratique et de là à pratiquer plus régulièrement et ô miracle, j’ai progressé dans les postures. J’aime beaucoup cette phrase entendue un jour lors d’une retraite et que je répète souvent à mes élèves : « le yoga c’est millimètre par millimètre, soyez patients ».

Alors oui, « lâcher prise » ça veut dire observer, s’observer pendant la pratique, observer comment notre mental nous joue des tours, comment lorsque arrive LA posture difficile il nous dit « oh non, encore elle, je n’y arrive pas, je ne l’aime pas ». Lâcher prise consiste alors à prendre la posture, comme on peut, sans a priori, sans résistance et à se dire que si on y arrive pas cette fois-ci, eh bien à force de travail et de persévérance on finira bien par y arriver ou que si on n’y arrive pas, notre vie n’en sera pas fondamentalement bouleversée, qu’il y a bien d’autres postures. Lâcher prise ça consiste aussi à regarder le côté positif des choses, de notre pratique, ce que nous sommes capables de faire, les progrès réalisés. Lâcher prise ça veut dire ne pas rechercher la compétition si on n’est pas un compétiteur dans l’âme, ne pas lutter contre soi, contre les autres, ne pas s’imposer une image idéale, un objectif impossible. On ne grimpe pas l’Everest quand on n’est pas encore capable de grimper une colline sans s’essouffler. Alors inutile de viser l’Everest car ce sera source de bien des frustrations. Lâcher prise c’est s’accepter, accepter ses limites, voir s’il est possible de les repousser et comment, sans se faire mal et accepter que certaines limites ne seront jamais dépassées. Lâcher prise c’est apprendre à respecter ses limites, son corps pour pouvoir s’accepter, c’est apprendre à aimer ces limites, à apprendre à travailler avec, mais à travailler quand même et à découvrir toute la beauté qu’il y a dans le fait d’être capable de travailler des asanas malgré ces limites.

Lâcher prise c’est tout un programme, celui d’une vie, parce que quand on a compris ce que cela signifie sur son tapis, alors on comprend que cette attitude nous pouvons la transposer dans notre vie quotidienne qui, tout d’un coup, devient tellement plus facile et tellement plus belle. Ce que nous apprend la fait de lâcher prise, c’est que nous pouvons éviter des luttes inutiles et explorer la vie avec gourmandise, comme nous explorons notre corps et notre mental sur le tapis, avec rigueur et bienveillance.

Il y a quelques jours, j’avais posté une annonce pour un cours sur Facebook et choisi une photo sur une banque d’images. Cette photo a déclenché une vague de commentaires à l’initiative d’une enseignante qui estimait que la photo n’aurait pas dû être utilisée parce que l’alignement des personnes sur la photo dans la posture du chien tête en bas n’était pas bon. D’autres enseignants s’en sont mêlés ajoutant chacun leur commentaire, faisant assaut de savoir quand à ce qu’il fallait faire et ne pas faire… Mais que savaient-ils de ces personnes sur la photo ? Que savaient-ils de leurs difficultés ? Manifestement il aurait fallu répondre à un canon, sacrifier à la dictature de l’alignement. Je m’y refuse. Non pas qu’il ne faille pas respecter un certain alignement pour éviter de se faire mal, mais parce que j’ai appris que parfois à vouloir trop respecter l’alignement orthodoxe on peut se faire mal, parce que j’ai appris que lorsqu’on indique l’alignement, on doit surtout indiquer ce qu’on cherche et ce qu’on doit absolument éviter et qu’on doit accompagner les élèves pour qu’ils trouvent leur meilleur alignement. La^cher prise c’est cela aussi pour un enseignant de yoga, lâcher prise sur une certaine orthodoxie, un certain idéal et ne pas demander à un élève qui pratique une à deux fois par semaine ce qu’on peut exiger d’un yogi qui pratique plusieurs heures par jour…

« Lâcher prise » peut, je le pense sincèrement, se résumer par deux autres mots : humilité et bienveillance.

« Yoga cittavritti nirodah » « le yoga est la cessation de la fluctuation du mental »

(Yoga sûtra de Patenjali, Samadhipada, 1.2)

Photo de Diego Madrigal sur Pexels.com

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :